Posts Tagged ‘récup’

Chaussons FLTM V2.0

samedi, octobre 5th, 2013

Donc après ce 1er essai dont j’étais assez satisfaite au niveau esthétique mais qui clairement était techniquement perfectible, voici la V2.0.

Les points qui étaient à améliorer sur la V1 :
– la semelle en feutrine ne tient pas le choc : rapidement elle s’est trouée. Heureusement la semelle intérieure était plus résistante ! Il faut trouver une matière plus tenace et un chouia plus épaisse pour le confort serait un plus.
– la feutrine est de toute façon trop fragile : le corps du chausson s’est détendu et le talon par exemple ne tenait pas en place. Comme la semelle intérieure, on l’a dit, se montre plus résistante, le 2ème essai se fera donc en polaire pour la partie supérieure. En plus on arrive en hiver.
– pour le talon, il faudra trouver une solution.

Et voilà la V2.0 en image…

chaussonsv2

J’ai à un moment pensé à du cuir pour la semelle car c’est résistant et naturel. Mais trouver du cuir à un prix raisonnable (je ne fais jamais que marcher dessus quand même), çà n’a pas été possible. Et je suis tombée sur le blog de Mine de rien, passée Maître es Récup&transformation. Elle utilise souvent du bulgom et s’en est servie pour… des chaussons ! Mais la bonne idée que voilà !!!
Donc bulgom pour la semelle, un tissu fantaisie (un ancien pantalon que j’adorais mais dans lequel je ne rentre plus depuis belle lurette) pour la semelle intérieure et un élastique sur le talon pour éviter que le tissu ne se détende trop. J’ai aussi cousu l’arrière en bord à bord avec un gros zigzag passé 4 fois plutôt que de faire ressortir les bords vers l’extérieur comme j’avais fait la dernière fois. Pour le corps du chausson, du polaire noir qui vient de mon stock.
Comme je suis sur du noir pour cette version et que c’était un peu trop sobre, avant de coudre le tout, j’ai découper une fleur du motif du tissu intérieur que j’ai fixée « à cru » avec un point zigzag sur le dessus. J’ai volontairement laissé dépassé le tissu entre le bulgom et le polaire.

L’utilisation de matières qui ne filochent pas est un gain de temps et l’utilisation d’un ciseau cranteur permet d’avoir tout de même un fini « fini ». Temps de réalisation : environ 2h en traînant. Prix de revient : environ 30 centimes le bulgom (j’ai dû en acheter mais j’en ai eu pour 3.96€ les 40 cm et j’ai de quoi faire au moins 10 paires), le reste c’est de la récup.

 

Rénovation de chaise pliante

mardi, août 27th, 2013

J’avais une chaise pliante, tout ce qu’il y a de classique, sauf que le revêtement plastique et le rembourrage étaient complètement fendus au niveau de l’assise.

Comme à la maison nous avons décidé de réparer tout ce que nous pouvons, je m’y suis collée. D’autant que j’étais allé il y a peu sur le superbe blog de Bab la Bricoleuse et qu’elle y a posté un super article pour rénover un fauteuil. J’avais donc les grandes lignes pour la méthodo.

J’avais une bâche d’ameublement bayadère parfaite pour cette rénovation. Me restait à trouver le rembourrage. Dans mon placard à tissus bourré à bloc, j’ai trouvé exactement ce qu’il me fallait : un tissu très moche mais rembourré que je n’aurais jamais utilisé autrement.

IMG_3830 Ouais, je sais même pas d’où je le tiens car je n’aurais pas acheter çà !

Donc, j’ai dévissé l’assise et le dossier de la chaise. J’ai consciencieusement rangé les vis dans un récipient.

Sur l’assise, j’ai délicatement retiré le revêtement plastique, puis la couche de rembourrage en mousse. Puis j’ai pesté car j’ai oublié de prendre une photo « avant ». Je me suis servie de la planche d’assise pour faire mon gabarit directement sur le tissu de rembourrage. Ensuite j’ai agrafer copieusement. Pour les coins, couper le tissu en surplus.

IMG_3827

Ensuite rebelote avec le tissu d’ameublement : découpe autour de l’assise « rembourrée » puis agrafage (là, vous vous félicitez d’avoir une bonne agrafeuse, sinon vous avez malomains…);

IMG_3828

 

Ensuite, j’ai recouvert le dessous (visible sur la photo) d’un carré en repliant les bords à l’intérieur, puis à nouveau agrafage. Cette étape permet de ne pas exposer le dessous de l’assise lorsque la chaise est pliée.

Ensuite j’ai recouvert la partie dossier, mais sans m’embêter à retirer l’ancien revêtement car il n’était pas du tout abîmé. Là, comme il y a une partie métallique qui recouvre l’arrière, pas besoin de masquer l’agrafage.

TAADAAA !!! chaise

Et bien si j’avais su que c’était si facile, je l’aurais fait avant ! Deux petites heures et hop ! une nouvelle chaise !

Hum, il me semble qu’une de nos chaises pliantes commence à fatiguer…